Nous incluons des produits que nous pensons utiles pour nos lecteurs. Si vous achetez via des liens sur cette page, nous pouvons gagner une petite commission. Voici notre processus.

Notre équipe recherche et évalue minutieusement les recommandations que nous faisons sur notre site. Pour établir que les fabricants de produits ont respecté les normes d’innocuité et d’efficacité, nous:

  • Évaluez les ingrédients et la composition : ont-ils le potentiel de causer des dommages?
  • Vérifiez toutes les allégations de santé : sont-elles conformes à l’ensemble actuel de preuves scientifiques?
  • Évaluez la marque: fonctionne-t-elle avec intégrité et respecte-t-elle les meilleures pratiques du secteur?

Nous faisons la recherche afin que vous puissiez trouver des produits de confiance pour votre santé et votre bien-être.

Dans la foulée de chaque nouvelle année vient une vague de résolutions axées sur l’amélioration de soi.

Certaines personnes décident de casser certaines habitudes, comme jurer ou passer trop de temps sur les réseaux sociaux. D’autres prévoient de travailler vers une meilleure santé émotionnelle en tenant un journal quotidien ou en pratiquant de meilleures compétences en communication.

De nombreuses résolutions, cependant, se concentrent sur la santé physique : dormir plus, boire plus d’eau, manger plus de fruits et de légumes, prendre le temps de faire de l’exercice.

Beaucoup de gens se regardent également dans le miroir, se sentent insatisfaits de leur reflet et décident de faire quelques changements afin de mieux embrasser l’amour-propre.

Ce que vous voyez dans le miroir n’est qu’un aspect de votre identité. Il est possible de s’embrasser et de s’accepter tel que l’on est même si on n’aime pas vraiment son corps.

En fait, votre corps n’a même pas besoin d’entrer dans la conversation. Le mouvement de neutralité corporelle repose sur ce concept précis.

Votre corps contient tous les organes vitaux qui vous permettent de rester en vie et de fonctionner. Il contient également votre esprit, votre cœur et votre esprit – des aspects qui animent votre personnalité et votre identité, faisant de vous la personne que vous êtes.

La neutralité corporelle favorise l’acceptation de votre corps tel qu’il est , vous encourageant à reconnaître ses capacités et ses caractéristiques non physiques plutôt que votre apparence.

Ce mouvement vise à décentraliser le corps en tant qu’objet en défiant le mythe selon lequel votre apparence détermine votre valeur. Cela crée également de la place pour prendre du recul par rapport aux conversations corporelles en général.

Adopter un regard neutre sur son corps, c’est s’éloigner de l’idée qu’il faut cultiver l’amour de son corps ou faire un effort pour l’aimer au quotidien.

Il se concentre plutôt sur ce que vous faites de votre corps et sur la façon dont vous pensez et ressentez.

Il n’y a rien de mal à aimer son corps. Beaucoup de gens le font, même lorsqu’ils se considèrent comme imparfaits ou moins que beaux.

D’autres personnes peuvent détester leur corps si intensément qu’elles consacrent la majeure partie de leur énergie à changer leur apparence et luttent pour se sentir en paix ou profiter de la vie quotidienne.

Les corps présentent toutes sortes de caractéristiques uniques. Vos expériences de vie peuvent encore changer l’apparence de votre corps.

Un problème de peau ou de santé pourrait affecter votre apparence. Peut-être avez-vous souffert d’une maladie ou d’une blessure qui a modifié votre corps de façon permanente ou limité vos mouvements. Peut-être que vous souhaitez simplement avoir des fonctionnalités différentes.

Chacune de ces raisons peut vous empêcher d’aimer votre corps, même lorsque vous faites un effort sincère pour rassembler cet amour.

Accepter son corps et l’aimer ne sont pas des idées mutuellement exclusives, mais la neutralité corporelle offre un juste milieu entre la haine corporelle et l’amour corporel.

En bref, la neutralité corporelle dit : « Vous n’aimez peut-être pas toujours votre corps, mais vous pouvez toujours vivre heureux et bien. »

Diverses sources conviennent que les gens ont commencé à rechercher en ligne le terme « neutralité corporelle » en 2015.

Des blogueurs tels que Gabi Gregg et Stephanie Yeboah ont contribué à façonner les premières étapes du mouvement, tandis que de nombreuses célébrités ont pris la parole pour promouvoir la neutralité corporelle.

Anne Poirier, coach en bien-être et en alimentation intuitive, a poursuivi la conversation en créant son atelier Body Neutrality, un programme conçu pour aider les femmes à faire la paix avec leur corps.

Anuschka Rees explore le concept dans son livre de 2019, « Beyond Beautiful », que vous pouvez acheter en ligne.

Le mouvement lui-même a émergé des marges du mouvement de positivité corporelle en réponse à quelques préoccupations clés :

  • Les personnes blanches et non handicapées, traditionnellement attirantes, ont commencé à adopter le concept de positivité corporelle, repoussant les personnes de couleur, les personnes au corps plus gros et les personnes handicapées vers les marges.
  • Les gens ont commencé à souligner que la positivité corporelle mettait toujours l’accent sur l’apparence physique en tant que composante de l’estime de soi.
  • Des experts, ainsi que des personnes qui avaient du mal à passer brusquement de la haine corporelle à l’amour corporel, ont commencé à décrire certains effets négatifs potentiels de la positivité corporelle.

Le mouvement de positivité corporelle vous encourage à aimer et à vous sentir bien dans votre corps, peu importe à quoi il ressemble. La positivité corporelle met l’accent sur l’idée que tout le monde est beau.

La neutralité corporelle, en revanche, proclame simplement que tout le monde l’est.

Sur le papier, aimer son corps semble être un objectif merveilleux. Pourtant, avec la positivité corporelle, votre corps reste au centre de la conversation – quelque chose qui ne fonctionne pas pour tout le monde.

Vous êtes plus que votre corps, après tout. La beauté n’est pas le seul trait digne de valeur.

La neutralité corporelle offre ce que beaucoup considèrent comme un état d’esprit plus réaliste.

Ce mouvement reconnaît que vous n’aimez peut-être pas votre corps jour après jour tout en soulignant que c’est tout à fait correct. Vous pouvez accepter votre corps tel qu’il est, même si vous ne l’aimez pas exactement.

La neutralité corporelle vous aide à reconnaître et à hiérarchiser ce que vous ressentez dans votre corps.

Cela peut vouloir dire bouger votre corps parce que vous vous sentez bien et que vous appréciez le mouvement, pas pour « brûler » la nourriture que vous avez mangée. Cela signifie également que vous écoutez votre corps pour savoir quand vous arrêter ou prendre un jour de congé.

Exemple

Après une longue journée de travail, vous vous levez de votre bureau et vous vous étirez. Vous êtes assis depuis des heures, vos jambes sont à l’étroit et vous avez envie de faire de l’exercice.

Attrapant une bouteille d’eau, vous partez courir dans le parc voisin. Après quelques tours, vous commencez à vous sentir fatigué et affamé, alors vous rentrez chez vous pour préparer le dîner et vous détendre avec un bon livre.

Pratiquer la neutralité corporelle signifie également que vous pourriez choisir de porter des vêtements qui vous vont bien. Vous pourriez vous sentir reconnaissant d’avoir un corps fort et sain qui vous permet de faire les choses que vous voulez faire, sans passer beaucoup de temps à penser à ce que vous mettez sur ce corps.

La neutralité corporelle ne signifie pas faire des choix malsains. C’est écouter son corps et se laisser guider. La pleine conscience en est une partie importante.

Exemple

Le matin, vous buvez du café avec une généreuse touche de crème, puisque c’est comme ça que vous l’aimez. Vous buvez de l’eau tout au long de la journée car elle étanche votre soif.

Parfois, vous préparez votre propre déjeuner, parfois vous obtenez un hamburger et des frites du restaurant en bas de la rue.

Vos repas contiennent généralement des aliments frais et entiers, mais vous mangez aussi intuitivement. Vous ne dites pas non à la pizza, à la crème glacée ou aux pâtes lorsque l’envie vous prend, ou vous ne « rattrapez » pas un repas copieux en vous limitant à la salade le lendemain.

À la base, le concept de neutralité corporelle remet en question l’idée selon laquelle vous devez aimer votre corps et votre apparence pour vous sentir bien dans votre peau.

En réalité, vous n’avez pas à détester ou à aimer votre corps. Au lieu de cela, vous pouvez simplement l’accepter pour ce qu’il est : le véhicule qui vous transporte d’un endroit à l’autre et vous permet de profiter de tout ce que la vie a à offrir.

Tout le monde n’aime pas son corps tout le temps, ou jamais. Les mouvements de positivité corporelle vous poussent souvent à pratiquer des affirmations d’amour-propre, à répéter des mantras comme « Je suis belle », « Je m’aime » ou « J’aime mon corps » jusqu’à ce qu’ils deviennent réalité.

Ces mantras fonctionnent bien pour certaines personnes. Mais vous affirmer alors que vous ne croyez pas réellement à ces déclarations pourrait finir par vous faire vous sentir plus mal.

Vous ne pouvez pas vous forcer à trouver l’amour qui n’est pas là. Vous dire que vous devriez aimer votre corps peut simplement créer un autre piège dans lequel tomber, aggravant votre détresse en vous donnant l’impression d’avoir échoué.

Les personnes transgenres peuvent ne pas aimer un corps physique qui ne correspond pas à leur sexe. Les personnes handicapées n’aiment pas toujours un corps qui les empêche de bouger librement.

Ces groupes marginalisés et souvent ignorés méritent mieux que « faire plus d’efforts ». Il en va de même pour les nombreuses personnes en convalescence après des troubles de l’alimentation et celles dont le corps ne correspond pas à ce que la société considère comme idéal ou même acceptable.

Rappelez-vous, votre corps vous appartient. Il n’existe pas pour être admiré ou objectivé.

Lorsque vous le respectez et que vous en prenez soin en lui donnant le carburant, le repos et le mouvement dont il a besoin, vous remarquerez probablement des améliorations dans la façon dont vous vous sentez et fonctionnez.

La neutralité corporelle peut profiter à tout le monde, mais le mouvement résonne particulièrement chez les personnes qui trouvent qu’aimer leur corps est un défi.

La neutralité corporelle vous encourage à regarder au-delà de l’apparence physique et à rompre avec l’habitude de connecter votre corps à votre estime de soi.

Cela vous permet d’apprécier les capacités uniques de votre corps et de le valoriser pour ce qu’il fait, au lieu de critiquer les défauts que d’autres ont signalés ou de vous soucier de la façon dont les autres vous voient.

L’acceptation des graisses peut être liée à la neutralité corporelle, mais ce sont deux mouvements distincts.

Le mouvement d’acceptation des graisses vise à :

  • récupérer le mot « gras »
  • défier la grossophobie et le fat shaming
  • promouvoir l’acceptation des corps gras de toutes tailles, pas seulement des corps gras qui ont encore une forme de sablier ou qui s’intègrent dans les plus petites tailles plus

En bref, l’acceptation des graisses normalise les corps plus grands et aide à promouvoir l’inclusivité de la taille. Cela aide les gens à s’éloigner de l’idée qu’être gros est mauvais, vous rend moche ou signifie que vous devriez vous détester.

La neutralité corporelle met en évidence l’idée qu’il est très bien de ne pas aimer son corps ou de vouloir passer beaucoup de temps à penser à son apparence. En d’autres termes, il est possible de pratiquer les deux en même temps.

Health at Every Size (HAES) remet en question l’idée que la minceur est une condition préalable à une bonne santé.

De nombreux facteurs différents contribuent à la taille et à la forme uniques de votre corps. Les idéaux minces énoncés par les médias ne peuvent tout simplement pas être atteints par tout le monde, peu importe à quel point leur régime alimentaire est restreint ou à quel point leur programme d’exercice est dédié.

HAES s’efforce d’apporter d’autres aspects du bien-être dans l’image, en mettant l’accent sur les choix qui favorisent une bonne santé durable plutôt que la perte de poids.

Les gens ont différentes raisons de ne pas aimer leur corps. Ces raisons ne sont pas toujours liées à la taille ou au poids. Pourtant, le HAES et la neutralité corporelle partagent certains composants essentiels :

  • Choisissez des aliments que vous voulez manger car ils vous nourrissent et vous procurent du plaisir.
  • Respectez votre corps et celui des autres, sans honte, ni jugement, ni critique.
  • Choisissez l’exercice que vous aimez parce qu’il vous fait du bien et vous donne de l’énergie.

Vous êtes-vous déjà senti malade de penser ou de parler de votre corps ? Ces conseils peuvent vous aider à devenir plus neutre sur le plan corporel.

Supprimez les conversations corporelles de vos conversations

Cela inclut les conversations corporelles que vous avez avec vous-même. Par exemple, au lieu de vous réprimander lorsque votre jean vous semble un peu serré, vous pouvez simplement choisir un pantalon confortable et facile à enfiler.

Rediriger les conversations

Si des amis ou des proches évoquent leur poids, leur taille ou expriment leur mécontentement à l’égard de leur corps, parlez de ce que vous (ou eux) ressentez plutôt que de votre apparence.

Mangez les aliments que vous voulez manger

Choisissez des aliments entiers et frais qui fournissent une alimentation essentielle à votre corps, mais assurez-vous également de savourer des desserts et des collations au lieu de nier vos fringales.

Écoutez votre corps

Optez pour des activités physiques amusantes, pas celles qui ressemblent à des punitions. Lorsque vous vous sentez fatigué et vidé, ne vous donnez pas de mal pour vous détendre.

Reconnaître et recadrer les pensées de haine corporelle

Lorsque vous remarquez que vous critiquez votre corps, considérez plutôt ce qu’il fait pour vous sur le moment. Concentrez-vous sur sa force et sa capacité à guérir, à bouger, à s’adapter.

Lui donner le temps

Il faut du temps pour passer d’une habitude de négativité, ou de fausse positivité, à un point médian plus neutre.

Essayez de faire preuve de patience lorsque vous adoptez la neutralité. C’est souvent une bataille difficile car les médias et la publicité vous poussent entièrement dans la direction opposée.

Pour adopter pleinement la neutralité corporelle et l’aider à prendre pied dans la société, il convient de se demander pourquoi nous avons besoin de ce mouvement.

C’est une réponse à une image corporelle négative, qui commence souvent à la suite d’une stigmatisation alimentée par diverses sources médiatiques qui :

  • proposer la minceur comme un idéal que chacun peut et doit atteindre
  • centre blanc, corps minces sans défauts visibles
  • dévaloriser les personnes avec tout type de handicap ou de défaut

Les personnes qui proclament le plus fort la positivité corporelle et la neutralité corporelle sont parfois celles qui ont le plus de privilèges corporels. Un changement durable signifie remettre en question ces pratiques de longue date.

Le changement exige l’inclusivité. Cela exige une amplification des voix des personnes de couleur, des personnes de taille, des personnes trans et des personnes handicapées.

Le changement signifie que toutes les voix sont entendues, pas seulement les voix de ceux qui ont des corps plus « attirants » – qui réorientent souvent les mots et les idées de personnes avec des corps que les médias jugent moins dignes d’attention.

Previous articleComment faire une liste de contrôle pour les soins personnels
Next articleLisez ceci si vous vous demandez ‘Suis-je assez pédé?’