Israël a déclaré avoir expulsé dimanche matin un avocat et militant palestinien vers la France, affirmant qu’il avait des liens avec un groupe militant interdit, malgré les objections du gouvernement français.

L’expulsion de Salah Hammouri a souligné le statut fragile des Palestiniens à Jérusalem-Est annexée par Israël, où la plupart détiennent des droits de résidence révocables mais ne sont pas citoyens israéliens. Il a également mis en place une éventuelle prise de bec diplomatique avec la France, qui avait à plusieurs reprises appelé Israël à ne pas procéder à l’expulsion.

« Je suis heureuse d’annoncer que justice a été rendue aujourd’hui et que le terroriste Salah Hammouri a été expulsé d’Israël », a annoncé la ministre israélienne de l’Intérieur, Ayelet Shaked, dans une déclaration enregistrée sur vidéo. Il devait atterrir à Paris peu avant 10 heures locales.

Israël affirme que Hammouri est un militant du Front populaire de libération de la Palestine, un groupe qu’il a qualifié d’organisation terroriste. Il a travaillé comme avocat pour Adameer, un groupe de défense des droits qui aide les prisonniers palestiniens qu’Israël a interdits pour leurs liens présumés avec le FPLP.

Il a passé sept ans en prison après avoir été reconnu coupable d’un complot présumé visant à tuer un éminent rabbin, mais a été libéré lors d’un échange de prisonniers en 2011 avec le groupe militant du Hamas. Il n’a pas été condamné dans la dernière procédure engagée contre lui.

Israël, cependant, a affirmé qu’il avait poursuivi ses activités avec le groupe interdit, lui a retiré sa résidence et l’a placé en mars dernier en détention administrative – un statut qui permet à Israël de détenir des militants présumés pendant des mois sans les inculper ni les traduire en justice. . Hammouri n’a pas été inculpé dans l’affaire actuelle, mais Shaked a ordonné l’expulsion lorsque son ordre de détention a expiré. La Cour suprême d’Israël avait rejeté un recours contre la décision de révoquer le statut de résident d’Hammouri.

Le ministère français des Affaires étrangères a condamné l’expulsion par Israël d’Hammouri après son débarquement à Paris, déclarant qu’il a « pris toutes les mesures, y compris au plus haut niveau de l’État, pour s’assurer que les droits de M. Salah Hamouri soient respectés, qu’il bénéficie de tous les recours légaux et qu’il puisse mener une vie normale à Jérusalem, où il est né, réside et souhaite vivre.

Le groupe israélien de défense des droits humains HaMoked, qui avait défendu Hammouri, a condamné l’expulsion de dimanche. Une audience sur la question avait été prévue le 1er janvier, et on ne savait pas immédiatement comment Israël avait pu faire avancer la déportation.

« Expulser un Palestinien de sa patrie pour rupture d’allégeance à l’État d’Israël est un dangereux précédent et une violation flagrante des droits fondamentaux », a déclaré la directrice du groupe, Jessica Montell. « HaMoked continuera à lutter contre cette loi inconstitutionnelle. »

L’année dernière, Hammouri faisait partie des six militants des droits de l’homme dont les téléphones portables ont été découverts par des chercheurs indépendants en sécurité comme ayant été infectés par des logiciels espions fabriqués par la société israélienne NSO Group.

On ne savait pas qui avait placé le logiciel espion sur les téléphones. Israël a déclaré qu’il n’y avait aucun lien entre la désignation terroriste d’Adameer et de cinq autres groupes de défense des droits des Palestiniens et toute utilisation présumée de logiciels espions NSO. Israël a fourni publiquement peu de preuves pour soutenir la désignation de terrorisme, qui, selon les groupes palestiniens, vise à les museler et à tarir leurs sources de financement.

Aryeh Deri, le successeur apparent de Shaked au poste de ministre de l’Intérieur dans le nouveau gouvernement de Benjamin Netanyahu, a déclaré que l’expulsion d’Hammouri était « la fin d’un long mais juste processus légal » et a félicité Shaked de l’avoir menée à bien.

La nouvelle coalition gouvernementale attendue est sur le point d’adopter une législation permettant à Deri de devenir ministre malgré une récente condamnation pour délits fiscaux.

Israël a capturé Jérusalem-Est, qui abrite les sites religieux les plus importants de la ville, lors de la guerre du Moyen-Orient de 1967 et a annexé la région dans un mouvement qui n’est pas internationalement reconnu. Il considère la ville entière comme sa capitale, tandis que les Palestiniens revendiquent Jérusalem-Est comme la capitale d’un futur État.

Alors que les Juifs de la ville ont automatiquement droit à la citoyenneté, les Palestiniens se voient accorder le statut de résident. Cela leur permet la liberté de mouvement, la capacité de travailler et l’accès aux services sociaux israéliens, mais ils ne sont pas autorisés à voter aux élections nationales. Les droits de résidence peuvent être supprimés s’il s’avère qu’un Palestinien vit en dehors de la ville pendant une période prolongée ou dans certains cas de sécurité.

Les Palestiniens peuvent demander la citoyenneté. Mais peu le font, ne voulant pas être perçus comme acceptant ce qu’ils considèrent comme une occupation. Cependant, ceux qui postulent sont confrontés à un processus long et bureaucratique.

Le quotidien Haaretz a rapporté cette année que moins de 20 000 Palestiniens à Jérusalem, soit environ 5 % de la population, détiennent la citoyenneté israélienne, et que seulement 34 % des demandes sont approuvées. Il a cité des informations du ministère de l’Intérieur fournies par Shaked à une enquête parlementaire.

On ne savait pas si la France accepterait Hammouri. Le ministère des Affaires étrangères a précédemment déclaré « qu’il doit pouvoir exercer tous ses droits et mener une vie normale à Jérusalem, sa ville de naissance et de résidence ».

Previous articleQue pourrait signifier le contrôle du GOP sur la Chambre pour les tensions américano-chinoises?
Next article¿Expliquer ou prédire?